Les enfants ont une imagination sans bornes. Peu importe le degré de pauvreté, le manque de couleur ou de jeux dans leur environnement, ils trouveront un moyen de jouer. Ils joueront avec des pierres, des brindilles, de l’herbe et de l’eau, et ils vont jouer les uns avec les autres. Ils vont concevoir des façons de transformer les éléments banals dans des créations pleines de vie. Mais seulement s’ils ont la chance d’avoir du temps libre pour jouer, ne sont pas trop affamé pour se déplacer, ou s’ils ont de l’eau pour jouer avec.
Dans cette lumière, ce que nos enfants urbains ont à leur disposition, est excessivement abondant. Ils ont des places en garderie et des espaces de jeux, des parcs… Pourtant, quand on regarde les environnements de jeu de base dans nos communautés, on ne peut nier qu’ils sont malheureusement en deçà de ce qu’ils pourraient être. Avec un peu de couleur, d’imagination, de travail et des ressources, ils pourraient tous être tellement mieux.
Il y en a de merveilleux exemples, comme le parc pour enfants au Madison Square Park à New York. Il s’agit d’une installation d’art par l’artiste Jessica Stockholder, commandé par le conservatoire du Madison Square Park.
L’installation comprend une plate-forme triangulaire multicolore, un bac à sable en caoutchouc bleu vif, des gradins multicolores et un trottoir peint. Il n’était pas prévu à l’origine comme espace de jeux pour enfants, mais les enfants l’ont défini comme tel, surprenant à la fois l’artiste et le conservatoire. La leçon que nous pouvons en tirer, c’est que si nous pointons nos ressources dans la bonne direction, le résultat peut être infiniment amusant et enrichissant pour tout le monde.
Nous dépensons des millions chaque année sur le thème “aires de jeux pour adultes” : stades, salles de concert, bars, restaurants. Nous dépensons des milliards de publicité pour les promouvoir. Pourquoi ne consacrons-nous pas les ressources nécessaires pour donner à nos enfants le meilleur que nous puissions leur offrir?