“Rien n’interdit de penser que la maison du futur éliminera tout artifice décoratif matérialisé – tapis, rideaux, papiers peints, bibelots – pour leur substituer d’autres artifices programmables, éventuellement créés par des artistes. Dans cette perspective, la maison se réduirait à un cadre neutre, brut, dans lequel, par simulations virtuelles, l’habitant pourrait appeler ou inventer son cadre de vie : univers de synthèse mêlant à volonté images réelles et images virtuelles.”